Rue de Chantal

Rue de Chantal
2018 Huile sur toile marouflée sur bois. 100 x 80 cm

Je me suis beaucoup représenté dans ce que j’ai peins. Pas par admiration pour moi. Uniquement le plaisir de me connaître. Je me regarde comme je regarderais un autre. Je me dis : – Tiens, celui là, c’est moi ! Ce tableau peint en 2018 est un flash-back dans lequel je me représente âgé d’environ trente ans que j’avais alors que j’occupai l’atelier de la rue de Chantal à Valence. Rue de Chantal, quel nom ! Quand j’y allai, je disais : – Je vais voir Chantal ! Il y avait six pièces assez vétustes. Je n’en occupai qu’une. Les cinq autres quasiment vides. Je les ai toutes représenté dans un tableau ou un autre.  En quelques sortes, j’ai fait leurs portraits. Le loyer se montait à cinq cent francs que je donnais chaque mois au propriétaire, un serrurier à la retraite, très gentil, dont j’ai oublié le nom.

Les volets

Par la fenêtre ouverte,

Puis l’embrasure des volets :

La frondaison des arbres.

— C’est moi le plus heureux,

Puisque c’est moi qui la vois.

 

TG Août 2018

A Royan

A Royan
à Royan 2016-2018  Tempéra sur toile.  65 cm x 81 cm.

Tableau commencé en 2016, retouché en 2018. Le même modèle, D…, vue de face et de profil, à des époques et avec des coiffures différentes. La petite tête immergée symbolise-t-elle le peintre ? Ce tableau appartient à une suite de peintures et de dessins intitulée : “Dans le bain”

 

EnregistrerEnregistrer

Autoportrait le soir

Autoportrait le soir
Autoportrait le soir 2017 Tempera et huile sur toile 54 x 65 cm

Ce tableau a subit de nombreuses modifications. Il s’agit d’une représentation de l’atelier avec la fenêtre qui donne sur le jardin. Il n’y avait pas d’autoportrait à l’origine. C’est seulement après plusieurs séances de travail que le peintre a commencé à l’esquisser.

Le crabe

Le-Crabe
Le crabe 2014 Huile sur toile 60 x 73 cm Collection privée

Dans cette scène apparemment anecdotique, chaque personnage est représenté dans sa solitude, indifférent aux autres. Le titre : Le crabe, qui est une allusion à la maladie dont il est le nom argotique, confère à ce tableau un caractère dramatique qu’il ne possède pas à première vue.