Une réponse sur “Le Parfum”

  1. « Car Grenouille avait effectivement le meilleur nez du monde, tant pour l’analyse que pour la vision créatrice, mais il n’était pas encore capable de s’emparer des odeurs » (Patrick Süskind, Le Parfum, chapitre 17).
    A+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *